Accueil du siteJacques DoucetRéédition du livre de François Chapon, Le Peintre et le Livre

Réédition du livre de François Chapon, Le Peintre et le Livre

Page publiée le 19 juin 2018

NOUVEAUTE

Nous avons le plaisir de vous annoncer la réédition aux Éditions des Cendres du livre de

FRANCOIS CHAPON

Le peintre et le Livre, l’âge d’or du livre illustré en France 1870-1970


Le Peintre et le Livre

Note des éditeurs

Publié en 1987, Le Peintre et le Livre reprenait, entièrement revues et développées, des études parues en périodiques entre 1973 et 1984, et s’augmentait de nouveaux éléments afin de couvrir quelque cent ans d’un « âge d’or du livre illustré en France ».

L’ouvrage fit événement : le premier sans doute à décrire, fort d’une large perspective historique, une telle rencontre, propre à la modernité. Il en délimitait, par un sévère choix critique, le théâtre, c’est-à-dire le livre, et les acteurs, poètes, peintres, éditeurs et praticiens. Les critères étaient suffisamment représentatifs et documentés pour proposer un corpus de l’excellence, sans prétendre à l’exclusivité en désignant ces modèles.

Cette première et jusqu’à ce jour seule édition du Peintre et le Livre a trente ans. Le livre n’a pas souffert d’une ride. Dès sa parution, il devient un livre précurseur, le livre du livre de peintre, mais trop vite le voilà épuisé. Sa présence et son actualité se transmettent davantage alors par les citations (avec mais aussi sans guillemets), prolongements et déploiements, développements et démarquages, usages er pillages (autrement dit avec ou sans indication de source) ; littéralement : « souvent pillé, rarement cité ».

Le temps est venu de retourner au texte d’origine. De le placer aussi dans le cadre d’un projet éditorial plus vaste, qui va voir paraître chez le même éditeur deux forts volumes de François Chapon réunissant un ensemble d’essais demeurés inédits consacrés aux artistes, écrivains, éditeurs, relieurs majeurs des XIXe et XXe siècles. Si nous rééditons aujourd’hui le texte seul, dans un format praticable, détaché des illustrations du premier tirage, c’est que nous avons voulu échapper à la configuration du « beau livre », sachant aussi que nombre des ouvrages évoqués sont devenus des livres phares, et que si le lecteur ne les possède pas, la formidable iconothèque d’internet lui permettra d’en trouver aisément image en ligne, voire dans la profusion d’ouvrages qui, depuis, se sont succédé sur un domaine jusque-là trop négligé par un regard d’ensemble.

En respectant la résonance de la version primitive sans son catalogue descriptif et sans son illustration, nous avons préféré mettre l’accent sur les perspectives initiales du travail. Nous espérons ainsi rendre à l’écriture de François Chapon toute sa latitude pour cerner la généralité de hautes inspirations et l’unité de leurs efforts quelle qu’en soit la diversité d’expression.

À l’exception de menues corrections d’auteur et précisions factuelles en note, le texte est conforme à l’édition originale, si ce n’est qu’il est enrichi d’un important essai, « Chagall, entre Vollard et Tériade », venant compléter le panorama des références et multiplier l’étendue de la réflexion et des regards.

Philippe BLANC, Marc KOPYLOV

Jacques Doucet vers 1913

© 2005-2011 Doucet Littérature
Site réalisé avec SPIP, hébergé par l’AUF